IE6 n'est pas compatible.

Contactez-nous pour tout soutien quant à votre navigateur.

Parlons de la région du sud de l'Okanagan et de Similkameen

La consultation est terminée.

Les prairies de Kilpoola

La réserve de parc national dans le sud de l'Okanagan et de Similkameen va de l'avant

Le 2 juillet 2019, les gouvernements du Canada et de la Colombie-Britannique et la Nation Syilx/Okanagan ont signé un protocole d’entente afin de travailler officiellement à établir une réserve de parc national dans la région sud de l’Okanagan et de Similkameen. Il s'agit d'une étape importante vers la création d'une réserve de parc national dans le sud de l'Okanagan-Similkameen.

Le iʔ sc̓ax̌ʷtət / protocole d’entente – qui confirme les limites géographiques de la réserve de parc national proposée, précise les prochaines étapes et fournit un cadre de travail naqscn/knʔxtwix / collaboration alors que les négociations commencent pour conclure l'entente – a été signé par Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada, l’honorable George Heyman, ministre de l’Environnement et de la Stratégie de changement climatique de la Colombie-Britannique, le chef Clarence Louie de la bande indienne d’Osoyoos et le chef Keith Crow de la bande indienne de Lower Similkameen. En collaboration, les gouvernements du Canada et de la Colombie-Britannique et la Nation Syilx/Okanagan prennent des mesures pour protéger ce paysage naturel et culturel emblématique pour les générations futures. En savoir plus.

La réserve de parc national dans le sud de l'Okanagan et de Similkameen va de l'avant

Le 2 juillet 2019, les gouvernements du Canada et de la Colombie-Britannique et la Nation Syilx/Okanagan ont signé un protocole d’entente afin de travailler officiellement à établir une réserve de parc national dans la région sud de l’Okanagan et de Similkameen. Il s'agit d'une étape importante vers la création d'une réserve de parc national dans le sud de l'Okanagan-Similkameen.

Le iʔ sc̓ax̌ʷtət / protocole d’entente – qui confirme les limites géographiques de la réserve de parc national proposée, précise les prochaines étapes et fournit un cadre de travail naqscn/knʔxtwix / collaboration alors que les négociations commencent pour conclure l'entente – a été signé par Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada, l’honorable George Heyman, ministre de l’Environnement et de la Stratégie de changement climatique de la Colombie-Britannique, le chef Clarence Louie de la bande indienne d’Osoyoos et le chef Keith Crow de la bande indienne de Lower Similkameen. En collaboration, les gouvernements du Canada et de la Colombie-Britannique et la Nation Syilx/Okanagan prennent des mesures pour protéger ce paysage naturel et culturel emblématique pour les générations futures. En savoir plus.

La consultation est terminée.
  • Buts et objectifs du projet de réserve de parc national

    il y a 7 mois

    La région du sud de l’Okanagan et de Similkameen compte quelques‑uns des écosystèmes les plus rares et les plus biologiquement diversifiés au Canada et assure la subsistance des communautés Syilx/Okanagan depuis des milliers d’années. La nature inspire les Canadiens à tirer fierté de leur patrimoine naturel et culturel, d’un océan à l’autre, et la région du sud de l’Okanagan et de Similkameen ne fait pas exception.

    Une nouvelle réserve de parc national permettra non seulement de renouer une relation de nation à nation avec les peuples autochtones, mais elle contribuera aussi à la création d’un réseau d’aires protégées et de...

    La région du sud de l’Okanagan et de Similkameen compte quelques‑uns des écosystèmes les plus rares et les plus biologiquement diversifiés au Canada et assure la subsistance des communautés Syilx/Okanagan depuis des milliers d’années. La nature inspire les Canadiens à tirer fierté de leur patrimoine naturel et culturel, d’un océan à l’autre, et la région du sud de l’Okanagan et de Similkameen ne fait pas exception.

    Une nouvelle réserve de parc national permettra non seulement de renouer une relation de nation à nation avec les peuples autochtones, mais elle contribuera aussi à la création d’un réseau d’aires protégées et de zones de conservation. Ces aires protégées contribuent à préserver la biodiversité du Canada et offrent aux Canadiens des possibilités inégalées de profiter des joies de la vie en plein air, de découvrir notre environnement et de participer au développement économique durable.

    La région du sud de l’Okanagan et de Similkameen correspond à l’endroit où l’extrémité nord du Grand Bassin atteint la Colombie‑Britannique, à l’extrême sud de la région naturelle du Plateau intérieur.

    C’est l’une des 39 régions désignées dans le plan du réseau de parcs nationaux de Parcs Canada comme étant un élément distinctif du paysage canadien, mais elle n’est pas encore représentée par une réserve de parc national. D’un point de vue national et provincial, la région revêt une grande valeur en matière de conservation et réunit toutes les caractéristiques voulues pour représenter la région naturelle du Plateau intérieur dans le réseau de Parcs Canada.

    Voici les objectifs de la création d’une réserve de parc national :

    • protéger la diversité de la végétation et les particularités topographiques des écosystèmes représentatifs;
    • préserver l’intégrité écologique de l’habitat faunique et des espèces végétales;
    • offrir aux visiteurs des expériences de qualité, comme des activités récréatives, et mettre en valeur le patrimoine naturel et culturel.