Parlons de la région du sud de l'Okanagan et de Similkameen | Parlons Okanagan Sud Similkameen

IE6 n'est pas compatible.

Contactez-nous pour tout soutien quant à votre navigateur.

Parlons de la région du sud de l'Okanagan et de Similkameen

La consultation est terminée.

Les prairies de Kilpoola

Cette consultation publique sur la réserve de parc national proposée dans la région du sud de l’Okanagan et de Similkameen est l’occasion pour Parcs Canada de donner les derniers renseignements sur les limites de la réserve de parc national proposée, d'offrir un aperçu des aspects clés se rapportant à la gestion des terres, de répondre aux préoccupations qu’a exprimées la population lors de consultations antérieures et de soulever d’autres questions.

C’est aussi l’occasion pour vous, en tant que membres de la collectivité locale, de la région ou en tant que Canadiens, de formuler d’autres commentaires et d’avoir votre mot à dire.

Du 10 décembre 2018 au 15 mars 2019, Parcs Canada invite les Canadiens à discuter du projet de réserve de parc national dans la région du sud de l’Okanagan et de Similkameen. Pendant ce processus de consultation publique, Parcs Canada tiendra compte des points de vue exprimés lors de consultations antérieures et se penchera sur de nouvelles questions.

Cette consultation publique sur la réserve de parc national proposée dans la région du sud de l’Okanagan et de Similkameen est l’occasion pour Parcs Canada de donner les derniers renseignements sur les limites de la réserve de parc national proposée, d'offrir un aperçu des aspects clés se rapportant à la gestion des terres, de répondre aux préoccupations qu’a exprimées la population lors de consultations antérieures et de soulever d’autres questions.

C’est aussi l’occasion pour vous, en tant que membres de la collectivité locale, de la région ou en tant que Canadiens, de formuler d’autres commentaires et d’avoir votre mot à dire.

Du 10 décembre 2018 au 15 mars 2019, Parcs Canada invite les Canadiens à discuter du projet de réserve de parc national dans la région du sud de l’Okanagan et de Similkameen. Pendant ce processus de consultation publique, Parcs Canada tiendra compte des points de vue exprimés lors de consultations antérieures et se penchera sur de nouvelles questions.

FERMÉ: Cette discussion est terminée.
Discussions: Tout (15) Ouvrir (15)
  • Vous devez être connecté pour pouvoir ajouter un commentaire.

    00 pluto the education burrowing owl

    Cette section donne un aperçu des principaux aspects se rapportant à la gestion des terres dans le cadre du projet de réserve de parc national. On y traite des points de vue et des questions qui sont ressortis des précédentes consultations.

    Lisez les sujets qui vous intéressent le plus ou lisez‑les tous.

    Ajoutez vos commentaires, participez aux discussions ou posez‑nous une question.


    Cette section donne un aperçu des principaux aspects se rapportant à la gestion des terres dans le cadre du projet de réserve de parc national. On y traite des points de vue et des questions qui sont ressortis des précédentes consultations.

    Lisez les sujets qui vous intéressent le plus ou lisez‑les tous.

    Ajoutez vos commentaires, participez aux discussions ou posez‑nous une question.


  • Vous devez être connecté pour pouvoir ajouter un commentaire.

    01 meeting

    Le projet de création d’une réserve de parc national par rapport à l’établissement d’un parc national permet de reconnaître les titres et les droits que détient la Nation des Syilx/Okanagan dans la région du sud de l’Okanagan et de Similkameen. Le comité directeur de la région du Sud de l’Okanagan et de Similkameen montre que les gouvernements provincial et fédéral souhaitent de nouvelles relations, de nation à nation, avec les peuples autochtones, qui se fondent sur la reconnaissance des droits, le respect, la coopération et le partenariat.

    Les collectivités locales ont posé des questions sur le fonctionnement de...

    Le projet de création d’une réserve de parc national par rapport à l’établissement d’un parc national permet de reconnaître les titres et les droits que détient la Nation des Syilx/Okanagan dans la région du sud de l’Okanagan et de Similkameen. Le comité directeur de la région du Sud de l’Okanagan et de Similkameen montre que les gouvernements provincial et fédéral souhaitent de nouvelles relations, de nation à nation, avec les peuples autochtones, qui se fondent sur la reconnaissance des droits, le respect, la coopération et le partenariat.

    Les collectivités locales ont posé des questions sur le fonctionnement de la gestion coopérative dans une réserve de parc national. Les rapports des Autochtones avec la terre continueront d’être ce qu’ils ont toujours été et les résidents de la région et les visiteurs continueront d’y avoir accès. Il suffit de penser à la majorité des parcs nationaux et des réserves de parcs nationaux du Canada qui font l’objet d’une gestion conjointe entre Parcs Canada et les Premières Nations locales, et que les collectivités avoisinantes continuent de fréquenter et d’utiliser comme elles l’ont toujours fait. Les parcs nationaux et les réserves de parcs nationaux qui font l’objet d’une gestion conjointe restent à la disposition de la collectivité et de tous les Canadiens.

    Que peut faire Parcs Canada pour promouvoir des relations se fondant sur le respect et la coopération dans la région du sud de l’Okanagan et de Similkameen?

  • Vous devez être connecté pour pouvoir ajouter un commentaire.

    02 kilpoola grasslands
    Limites provisoires : Expression utilisée pour décrire les limites de la réserve de parc national proposée, alors que dans l’aire de la réserve se trouvent des terres privées et des terres publiques. La ligne sur la carte est ce que Parcs Canada suggère comme cible dans un certain horizon. Toutefois, cela prendra quelques années pour y arriver. Le titre des terres privées demeurera aux mains du ou des propriétaire(s) et la désignation de réserve de parc national ne s’appliquera pas aux terres privées. Le district régional continuera d’administrer la réglementation municipale des terres privées. Il se pourrait qu’à l’avenir les...

    Limites provisoires : Expression utilisée pour décrire les limites de la réserve de parc national proposée, alors que dans l’aire de la réserve se trouvent des terres privées et des terres publiques. La ligne sur la carte est ce que Parcs Canada suggère comme cible dans un certain horizon. Toutefois, cela prendra quelques années pour y arriver. Le titre des terres privées demeurera aux mains du ou des propriétaire(s) et la désignation de réserve de parc national ne s’appliquera pas aux terres privées. Le district régional continuera d’administrer la réglementation municipale des terres privées. Il se pourrait qu’à l’avenir les terres privées soient considérées comme faisant partie de la réserve de parc national, mais seulement à la suite d’une vente de gré à gré. Aucune terre ne sera expropriée dans le cadre de la création d’une réserve de parc national.
  • Vous devez être connecté pour pouvoir ajouter un commentaire.

    03 nuttall's cottontail

    Conformément aux directives du Parlement en vertu de la Loi sur les parcs nationaux du Canada, le gouvernement du Canada n’a pas le droit d’exproprier des terres privées dans le but d’agrandir ou de créer un parc national ou une réserve de parc national. L’acquisition de terres privées ne peut se faire que dans le cadre d’une vente de gré à gré, se fondant sur des expertises foncières indépendantes effectuées en concertation et en accord avec les propriétaires fonciers privés et conclue une fois le projet de réserve de parc national est établi. Les droits de propriété sur les...

    Conformément aux directives du Parlement en vertu de la Loi sur les parcs nationaux du Canada, le gouvernement du Canada n’a pas le droit d’exproprier des terres privées dans le but d’agrandir ou de créer un parc national ou une réserve de parc national. L’acquisition de terres privées ne peut se faire que dans le cadre d’une vente de gré à gré, se fondant sur des expertises foncières indépendantes effectuées en concertation et en accord avec les propriétaires fonciers privés et conclue une fois le projet de réserve de parc national est établi. Les droits de propriété sur les terres privées adjacentes aux limites d’un parc national ou d’une réserve de parc national ne relèvent pas de la compétence du gouvernement fédéral.
  • Vous devez être connecté pour pouvoir ajouter un commentaire.

    Sk gra 2016 026 200x150
    Si votre propriété est située au cœur de la réserve de parc national, vous en resterez propriétaire, en vertu des règlements du district régional et, le cas échéant, des lois provinciales. Pour accéder à la propriété, vous, vos invités, votre famille, vos amis ou vos clients ne paierez aucuns frais, ni péage ni autres frais semblables.

    La façon dont vous gérez votre terre privée ne relève pas de la compétence de Parcs Canada. La création d’une réserve de parc national peut avoir d’immenses avantages et, en tant que bons voisins, Parcs Canada se réjouit à l’avance de travailler avec...

    Si votre propriété est située au cœur de la réserve de parc national, vous en resterez propriétaire, en vertu des règlements du district régional et, le cas échéant, des lois provinciales. Pour accéder à la propriété, vous, vos invités, votre famille, vos amis ou vos clients ne paierez aucuns frais, ni péage ni autres frais semblables.

    La façon dont vous gérez votre terre privée ne relève pas de la compétence de Parcs Canada. La création d’une réserve de parc national peut avoir d’immenses avantages et, en tant que bons voisins, Parcs Canada se réjouit à l’avance de travailler avec les propriétaires fonciers privés pour atteindre des objectifs communs.

    En sachant que l’accès et les droits des propriétaires privés ne seront pas modifiés, qu’est‑ce qui vous préoccupe encore?

  • Vous devez être connecté pour pouvoir ajouter un commentaire.

    05 grazing cattle on mount kobau

    L’établissement de relations à long terme avec les éleveurs est essentiel au futur succès d’une réserve de parc national dans la région du sud de l’Okanagan et de Similkameen. Quoique l’élevage commercial ne soit généralement pas autorisé dans une réserve de parc national, Parcs Canada est déterminé à travailler avec les familles d’éleveurs pour leur garantir la sécurité et la stabilité de leur tenure pastorale sur les terres de la Couronne. Les familles qui pratiquent l’élevage dans la réserve de parc national proposée pourront continuer à le faire de la même façon qu’auparavant, en fonction d’un cadre de réglementation similaire....

    L’établissement de relations à long terme avec les éleveurs est essentiel au futur succès d’une réserve de parc national dans la région du sud de l’Okanagan et de Similkameen. Quoique l’élevage commercial ne soit généralement pas autorisé dans une réserve de parc national, Parcs Canada est déterminé à travailler avec les familles d’éleveurs pour leur garantir la sécurité et la stabilité de leur tenure pastorale sur les terres de la Couronne. Les familles qui pratiquent l’élevage dans la réserve de parc national proposée pourront continuer à le faire de la même façon qu’auparavant, en fonction d’un cadre de réglementation similaire. Parcs Canada est en mesure d’aider les détenteurs d’un droit de tenure pastorale en leur accordant un financement pour renforcer leurs capacités et leur permettre de travailler de concert à l’atteinte d’objectifs communs en matière de gestion. Un plan de transition est en cours d’élaboration.

    Si vous êtes un éleveur et détenteur d’un droit de tenure pastorale dans la réserve de parc national proposée, le gestionnaire du projet vous contactera pour discuter des prochaines étapes et répondre à vos questions en détail.

  • Vous devez être connecté pour pouvoir ajouter un commentaire.

    06 yellow breasted chat auricollis subspecies

    Une petite superficie (14 pour cent) de la totalité des terres de la réserve de parc national proposée est considérée comme faisant partie de la réserve de terres agricoles (RTA). Environ 80 pour cent de la RTA appartiennent à des propriétaires privés, ce qui signifie que 3 pour cent de la superficie totale en hectares de la réserve de parc national proposée sont désignées « terres provinciales de la RTA ». Ces terres de la RTA ne seront ni mises en valeur ni perdues si elles sont transférées à Parcs Canada.

    Une petite superficie (14 pour cent) de la totalité des terres de la réserve de parc national proposée est considérée comme faisant partie de la réserve de terres agricoles (RTA). Environ 80 pour cent de la RTA appartiennent à des propriétaires privés, ce qui signifie que 3 pour cent de la superficie totale en hectares de la réserve de parc national proposée sont désignées « terres provinciales de la RTA ». Ces terres de la RTA ne seront ni mises en valeur ni perdues si elles sont transférées à Parcs Canada.
  • Vous devez être connecté pour pouvoir ajouter un commentaire.

    07 naturalist club at blue lake

    L’écosystème de la steppe arbustive qui se trouve dans la région intérieure de la Colombie-Britannique, dont fait partie la région du sud de l’Okanagan et de Similkameen, est considéré comme l’un des systèmes naturels les plus menacés dans le pays. Ces rares enclaves de désert semi‑aride constituent les seules occurrences de cet écosystème au Canada; elles forment la pointe septentrionale du désert nord‑américain du Grand Bassin. En créant une réserve de parc national dans la région du sud de l’Okanagan et de Similkameen, Parcs Canada protégera et représentera cet écosystème rare et en voie de disparition dans le réseau des parcs...

    L’écosystème de la steppe arbustive qui se trouve dans la région intérieure de la Colombie-Britannique, dont fait partie la région du sud de l’Okanagan et de Similkameen, est considéré comme l’un des systèmes naturels les plus menacés dans le pays. Ces rares enclaves de désert semi‑aride constituent les seules occurrences de cet écosystème au Canada; elles forment la pointe septentrionale du désert nord‑américain du Grand Bassin. En créant une réserve de parc national dans la région du sud de l’Okanagan et de Similkameen, Parcs Canada protégera et représentera cet écosystème rare et en voie de disparition dans le réseau des parcs nationaux. De plus, la protection de cette zone favoriserait le rétablissement de 30 espèces en péril inscrites sur la liste fédérale et protégerait l’habitat d’un grand nombre d’autres espèces.

    Quelles espèces et quels lieux dans la réserve de parc proposée sont les plus importants à vos yeux?

  • Vous devez être connecté pour pouvoir ajouter un commentaire.

    08 mrg res con 2014 s hunt parks canada001

    La gestion des feux de forêt,le recours aux brûlages dirigés et la réduction des combustibles nécessiteront une approche concertée. Depuis des millénaires, le peuple Syilx aménage le paysage au moyen de brûlages contrôlés. Il incombe au service de lutte contre les incendies de forêt de la Colombie‑Britannique d’atténuer les conséquences des feux de forêt sur la vie et les biens, les forêts de la Couronne et les prairies, et de donner la priorité à la gestion des combustibles et à la lutte contre les incendies de forêt dans les zones où la population et les forêts se côtoient. Les services...

    La gestion des feux de forêt,le recours aux brûlages dirigés et la réduction des combustibles nécessiteront une approche concertée. Depuis des millénaires, le peuple Syilx aménage le paysage au moyen de brûlages contrôlés. Il incombe au service de lutte contre les incendies de forêt de la Colombie‑Britannique d’atténuer les conséquences des feux de forêt sur la vie et les biens, les forêts de la Couronne et les prairies, et de donner la priorité à la gestion des combustibles et à la lutte contre les incendies de forêt dans les zones où la population et les forêts se côtoient. Les services d’incendie locaux et bénévoles possèdent une expérience de longue date dans la protection des habitations et de la population. Parcs Canada, qui compte plus de 125 ans d’expérience dans la gestion des incendies et la prévention de feux de forêt catastrophiques, le rétablissement et l’entretien naturels de l’écologie des parcs nationaux et la gestion des foyers de feu et des sources de combustible pour protéger les ressources et les infrastructures importantes, est un chef de file en la matière.

    Parcs Canada attend avec impatience de tirer les leçons de l’expérience du peuple Syilx, du service de lutte contre les incendies de forêt de la Colombie‑Britannique, des services d’incendie des collectivités locales et des municipalités et de collaborer avec eux dans le cadre du projet de réserve de parc national à l’élaboration de plans de gestion des incendies et de la végétation afin de protéger les endroits que nous aimons tous.

    Quelles sont les questions les plus importantes que vous vous posez quant à la façon dont Parcs Canada gère les incendies?

  • Vous devez être connecté pour pouvoir ajouter un commentaire.

    09 kilpoola grasslands

    On prévoit que la réserve de parc national accueillera au cours des cinq premières années suivant sa création moins de 100 000 visiteurs par an, dont 56 pour cent de visiteurs locaux et 44 pour cent de touristes. La majorité des touristes se trouveront déjà dans la région pour d’autres raisons; on peut compter sur une augmentation annuelle modeste du nombre de visiteurs par an (de 2 000 à 4 000), en raison de ceux que le projet de réserve de parc national attire. La fréquentation sera modeste pendant les cinq premières années, car les infrastructures du parc et les services aux visiteurs en seront à l’étape de la planification et de...

    On prévoit que la réserve de parc national accueillera au cours des cinq premières années suivant sa création moins de 100 000 visiteurs par an, dont 56 pour cent de visiteurs locaux et 44 pour cent de touristes. La majorité des touristes se trouveront déjà dans la région pour d’autres raisons; on peut compter sur une augmentation annuelle modeste du nombre de visiteurs par an (de 2 000 à 4 000), en raison de ceux que le projet de réserve de parc national attire. La fréquentation sera modeste pendant les cinq premières années, car les infrastructures du parc et les services aux visiteurs en seront à l’étape de la planification et de l’aménagement. On s’attend à ce que le nombre de visiteurs augmente de façon durable et stratégique au fur et à mesure du développement de la réserve de parc national proposée.

    En ce qui concerne les organismes d’application de la loi, une augmentation de leur personnel et de leurs capacités entraînera le suivi d’un plus grand nombre d’ « incidents », surtout des infractions que les gardiens du parc seront en mesure de résoudre. D’après des renseignements en provenance de parcs nationaux ou de réserves de parcs nationaux présentant des caractéristiques similaires, le nombre des infractions au Code criminel qui relève de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) locale devrait être minime (d’une à quatre infractions par an).